bandeau site
“Chaque année, en France, 10 000 hectares sont dévastés par les campagnols terrestres”
Accueil > Expérimentation de lutte raisonnée / zones expérimentales > Zone Expérimentale de Lutte Anti Campagnol (ZELAC), un groupe d'agriculteurs à l'origine de la lutte raisonnée

Zone Expérimentale de Lutte Anti Campagnol (ZELAC), un groupe d'agriculteurs à l'origine de la lutte raisonnée

Voir cette page au format pdf

C'est grâce à la motivation d'un groupe de 12 agriculteurs de la commune de Bians les Usiers (25), constitué en association (loi 1901), qu'une expérimentation visant la mise en place d'un concept de lutte raisonnée a débuté en 1999. En s'appuyant sur les travaux menés par les scientifiques, (UFC et INRA) et en étroite collaboration avec la FREDON Franche Comté, la recherche et la DRAAF/SRAl, ce groupe a décidé d'entreprendre la lutte contre le campagnol terrestre en travaillant sur 4 axes :

  • Lutter à basse densité contre le campagnol terrestre,
  • Lutter contre la taupe, précurseur des épisodes de pullulation
  • Modifier les itinéraires techniques de gestion des prairies (alternance fauche/pâture, travail du sol...),
  • Dénombrer les espèces constituant la faune prédatrice et favoriser leurs habitats respectifs (plantation de haies, installation de perchoirs et de nichoirs).

A l'origine du projet, les agriculteurs ont consacré une partie de leur exploitation à l'élaboration d'une zone compacte d'environ 300 ha. Aujourd'hui, ils ont engagé la totalité de leurs parcelles pour appliquer le principe de cette lutte sur plus de 1 000 ha.

La ZELAC est devenue, au fur et à mesure de son évolution, une véritable plateforme expérimentale pour la FREDON, les scientifiques et la DRAAF/SRAl.
De nombreux concepts et matériels ont vu le jour ainsi que la mise en place d'essais.

Grâce aux essais menés sur ce site, la lutte contre le campagnol terrestre a considérablement évolué. De 1998 à 2006, elle est passée d'une logique curative (un traitement à l'automne, une seule méthode de lutte, approche individuelle) à une logique préventive (Intervention pluriannuelle, plusieurs méthodes de lutte, approche collective).

1- Lutte à basse densité contre le campagnol terrestre

2- Lutte contre la taupe

3- Modification des itinéraires techniques

4- Favoriser La prédation

5- Matériels et outils novateurs

6- Site privilégié pour la formation

 

 

1- Lutte à basse densité contre le campagnol terrestre

Il a été démontré sur cette zone qu'il est possible d'utiliser la bromadiolone de manière raisonnée, en réduisant le risque pour la faune non cible.

Lutte basse densité





- Réduction de 75% des quantités d'appâts utilisés,


- Diminution de plus de 50% des cadavres de campagnols terrestres intoxiqués retrouvés morts en surface,


- 92 % de résidus en moins dans le corps des campagnols.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Simulation Renard

 


2- Lutte contre la taupe

La lutte contre la taupe est incontournable dans la stratégie de lutte raisonnée. En effet, en période de basse densité, les galeries creusées par les taupes peuvent héberger une population de campagnols non négligeable.
Un suivi réalisé pendant la phase de croissance du cycle montre qu'il y a 5 à 6 fois plus de colonies de campagnols qui s'installent dans les réseaux de taupes qu'en dehors (source INRA).
Visuellement nous sommes capable de repérer les premières colonies de campagnols par les indices de présence sur seulement 30% des parcelles, alors que 85% des campagnols capturés l'ont été sous indice de présence de taupe.

Lutte contre la taupe

 

3- Modification des itinéraires techniques

  • Alternance fauche/pâture :

Il a été démontré que le pâturage freine le développement des campagnols, notamment en phase de croissance (cf. graphe suivant), l'alternance fauche pâture est donc à conseiller.

Alternance fauche/pâture

Le pâturage n'est pas toujours aisé sur les parcelles les plus éloignées de l'exploitation, c'est dans l'objectif de remédier à ce fait qu'un rouleau à plots à été mis au point.

 

  • Le travail du sol :

Travail du sol ZELAC

 

 

 

 

 

Les outils de travail du sol participent à un meilleur contrôle des populations de rongeurs et de taupes en détruisant les anciennes galeries. De plus, la disposition en mosaïque des parcelles travaillées limite le développement des populations sur un territoire plus vaste en formant des zones barrages.

 

 

 

 

 



4- Favoriser La prédation

  • Favoriser les habitats des prédateurs :

Afin de favoriser les habitats des prédateurs de campagnols terrestres les agriculteurs de la ZELAC ont été les précurseurs concernant la pose de nichoirs pour les hermines, de perchoirs pour les rapaces, et la réimplantation de haies qui jouent le rôle de corridors pour nombre d'espèces prédatrices tel que le renard, les mustélidés...

Nichoir Perchoir

Haie ZELAC

 

  • Dénombrer les prédateurs :

Le suivi des populations de prédateurs dans le respect du protocole de l'IKA (Indice Kilométrique d'Abondance) est initié dès 1999 dans le cadre du premier plan de lutte (1999-2001). Il est poursuivi régulièrement en collaboration avec l'UFC et la DRAAF/SRAl.
De manière générale et après 10 années de suivi, il est noté une forte corrélation entre les niveaux d'abondance des populations de prédateurs et les cycles pluriannuels du campagnol terrestre.

 

5- Matériels et outils novateurs

  • Charrue Distributrice de PH3 :

Charrue distributrice de PH3

Pour faire face aux contraintes chronophages liées à l'utilisation du PH3 contre la taupe, une expérimentation visant à mécaniser ce traitement, a été conduite depuis 1999 sur la ZELAC.

Si cet outil mis au point par les établissements DESCOURVIERES, appelé « charrue distributrice de PH3 »,a permis de réduire le temps de travail de 50 %, il comporte un inconvénient majeur : la création de raies de traitements qui favorise la diffusion du campagnol terrestre dans les parcelles.
Un nouveau prototype est prévu pour déposer des générateurs de PH3 directement dans les galeries naturelles comme un opérateur qui le réalise de façon manuelle.

 

 

 

 

 

 

  • Rouleau à plots :

Rouleau à plots

 

 

 

Le rouleau à plots a été mis au point en 1999 par les adhérents de la ZELAC, la FREDON et la DRAAF/SRAl. Réalisé par l'entreprise DESCOURVIERES SA à Evillers (25), il se compose de trois cylindres indépendants sur lesquels sont soudés des plots en acier (diam. 60 mm ; hauteur 100 mm). Le poids de ce rouleau est de 3,2 tonnes à vide. Au niveau des cylindres, des orifices permettent de remplir d'eau chacun d'entre eux, et d'augmenter le poids total de plus de 600 kg, en cas de conditions d'assèchement du sol.

Détail rouleau à plots Effets rouleau à plots

L'idée est de reproduire le piétinement du troupeau et tasser les galeries. Il est agrémenté d'un rabot, qui permet d'éviter deux passages successifs.

 

6- Site privilégié pour la formation

Journée de démonstration

 

 

 

 

Lieu d'accueil, d'information, de formation et de démonstration pour les professionnels agricoles, certains prestataires de services (stage certification PH3, démonstration de matériel de travail du sol...) mais aussi pour les étudiants qui se destinent aux métiers de l'agriculture (Bac STAV, BTS ACSE...).

 

 

 

 

 

 

 

- Des essais sur le travail du sol et la régénération de prairies ont été initiés au printemps 2009 par la FREDON en collaboration avec les chambres d'agricultures du Doubs et du Jura. Ils sont respectivement implantés sur le site de la ZELAC dans le Doubs, et à Bief-du-Fourg pour le Jura. Ils seront conduits pendant la durée d'un cycle. Concernant l'essai implantation de prairie après travail du sol, 3 modalités sont testées : labour 12 pouces, covercrop, labour 14 pouces. L'implantation de prairie a lieu dans le cadre d'un protocole d'essai régénération des prairies suite à l'implantation d'un mélange fourrager longue durée (rendement flore, valeur fouragère, pérénité...).

 

- Repérage des foyers par photos aériennes. Ce projet a double objectif : alléger le temps de travail des agriculteurs pour le repérage des premières colonies et diminuer le temps de travail dans le cadre des prospections communales.
La priorité est d'obtenir des photos aériennes avec un champ de vision assez large, pour couvrir au minimum plusieurs hectares, afin de rendre compte d'un état des lieux d'infestation en taupes et campagnols terrestres à la parcelle, au parcellaire de l'exploitation, voire à la commune. L'objectif dans les années à venir est d'étendre ces prospections aériennes sur des zones où subsistent une problématique campagnol terrestre.
Trois techniques de photographie aérienne ont déjà été testées : prises de vue par ULM, ballon captif à l'hélium et hélicoptère. Aucune n'a donné satisfaction aux vue de nos attentes. En début de l'année 2009 un partenariat a été mis en place entre la FREDON et AGROSUP Dijon, afin de réaliser une étude de faisabilité technique sur la détection des tumuli à partir d'images aériennes préalablement acquises. Il s'en suivra un appui technique de la part d'AGROSUP Dijon en ce qui concerne l'analyse de l'image et le matériel de prise de vue. Dans un second temps l'idée d'un pilotage du matériel photographique par le biais d'un drône est pressentie.

 

- Bras articulé avec sonde et distributeur de PH3. Il s'agit de développer un outil de mécanisation de travail de traitement contre les taupes qui se réalise pour l'instant manuellement par des opérateurs certifiés, en conscience de la dangerosité du produit manipulé. Un travail de conception est confié à l'EPLEFPA de Vesoul en partenariat avec la FREDON. L'objectif étant de reproduire de façon mécanique ce qu'un opérateur réalise manuellement.

 

 
Site Big Bang   Fleche   Actualités   ::  Contact  ::  Plan du site  ::  Mentions légales  ::  FAQ  ::  Partenaires   Fleche 2